Le Contemporaliste

Le blogue pour l'homme millénaire!

Apprendre à s’apprécier avant d’aimer les autres

L’aire associative antérieure est une région corticale très complexe située dans le lobe frontal. Cette zone, aussi appelée cortex préfrontal, est le siège des idées abstraites, du jugement, du raisonnement, de la planification et de la persévérance. Cette partie du cerveau se développe tranquillement et se parachève vers l’âge de 24 ans. C’est ce qui pourrait expliquer le comportement irréfléchi et impulsif des adolescents & jeunes adultes.

Ma jeune vingtaine a été chaotique dans toutes les sphères de ma vie. Je me cherchais et je n’avais aucune idée qui j’étais. Je ne me trouvais pas particulièrement attirant. J’étais plus grand que la moyenne des gens et j’étais chétif. Je ne correspondais pas du tout aux stéréotypes de la masculinité. Pourtant, je voulais tellement me fondre dans la masse! J’ai enchaîné rapidement des relations sans lendemain. Je tombais vite sous le charme de mes partenaires. Néanmoins, je n’avais aucune idée ce qu’était réellement l’amour. Pourquoi? Parce que je n’appréciais pas qui j’étais.

C’est après une relation amoureuse compliquée et marquée par la violence conjugale que j’ai fait un gros travail sur moi-même. Comme n’importe quel être humain qui se fait frapper par son conjoint/sa conjointe, je me suis mis à pointer du doigt mes faiblesses. Personne ne mérite d’avoir des coups et blessures de la part de son amoureux/amoureuse. Durant le long processus de ma guérison mentale et physique, j’ai eu de longues réflexions. J’en arrivais à cette conclusion simpliste: Qui suis-je? Puis, j’ai choisi de le découvrir. Je ne me connaissais pas. Je n’avais aucune idée qui était cette personne dans ce grand corps. Je connaissais mon physique, mais pas mon être. Pourquoi vouloir se faire aimer par les autres quand je n’arrivais même à m’attribuer une qualité?

J’ai mis le doigt sur cette blessure qui m’empêchait d’évoluer en tant qu’être humain. J’ai toujours eu besoin d’être constamment entouré d’amis. J’ai débuté mon cheminement en passant du temps avec ma propre personne. C’était intimidant. C’était comme être accompagné d’une mauvaise date. Fin vingtaine, j’ai commencé la course à pieds et à mieux m’alimenter. Mon visage n’était plus rond et je me regardais de plus en plus dans le miroir. J’ai appris à rire de mes petits défauts. J’ai compris que je n’avais pas à ressembler à un mannequin de magazine pour que les gens puissent me trouver beau. J’ai exploité ce que je trouvais de plus beau chez moi. J’ai fais le choix de m’affirmer et de m’imposer.

En ce moment, je vis une belle relation. Cela peut paraître égocentrique, mais cela l’est nullement. Je me fais plaisir avant de penser aux autres. Je cesse de me punir après des fautes commises. J’ai compris que je n’avais pas à être parfait. Je me priorise avant de vouloir être avec quelqu’un d’autre. J’ai appris et je continuerai d’en apprendre d’avantage sur ce que je veux et ce que je ne veux pas pour mon avenir!

Partagez cet article !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
1 J'aime

Écrire un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée

Suivez-nous !

Abonnez-vous !