Le Contemporaliste

Le blogue pour l'homme millénaire!

Au banc d’essai: le ONE BLADE de PHILIPS

La barbe subit les caprices du temps. Elle suit la mode du moment. Elle s’adapte aux modes. Parfois, les hommes l’arborent fièrement, tandis qu’à d’autres époques, elle se fait violemment trucider à grands coups de lames. Il semble y avoir une relation d’amour et de haine entre le mâle et sa pilosité faciale. La barbe ne fait pas bien à tout le monde. Sur certains hommes, elle peut donner un air fatigué. Sur d’autres, elle structure bien le visage et lui donne beaucoup de caractère. Bref, tout est une question d’entretien.

Présentation

Voici le One Blade de Philips, un outil pour tailler, définir les contours et raser la barbe. L’appareil est très léger, doté d’une autonomie de 45 minutes et son design est intéressant. Il aurait été amusant de le voir se décliner en plusieurs couleurs. Dans l’emballage, il y a un fil de recharge et un peigne pour raccourcir les poils. Il aurait été pratique d’avoir une petite housse de rangement. C’est assez surprenant de voir une tête de rasoir aussi petite. Le manche tient bien en place. L’appareil peut s’utiliser sous l’eau et avec de la mousse à raser, ce qui est assez unique. Selon le fabriquant, la lame bouge à raison de 200 fois la seconde.

Le résultat

Il faut savoir que je rase ma barbe à tous les matins. Sur l’emballage, il y a la mention suivante: Rasez tout de près, mais pas trop, pour le confort de votre peau. J’ai trouvé que c’était pénible de se raser avec du gel. Certes, la lame glissait bien, mais j’avais l’impression que la tâche était longue et pénible. Il faut raser du bas vers le haut et j’avais le sentiment que rien ne coupait. Je dois vous avouer que j’ai terminé le travail avec mon rasoir à lames régulières. J’imagine que l’appareil pourrait être utile pour raccourcir les poils de votre barbe, mais je n’ai pas de certitude. Honnêtement, je ne sais pas si l’outil va pouvoir trouver sa niche parmi les autres. Finalement, mon essai n’est pas trop concluant et je sens que je vais le laisser longtemps dans mon tiroir.

En vente en grandes surfaces.

Crédit photo : Reik Von Wittelsbach | Le Contemporaliste
0 J'aime
Partagez cet article !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Écrire un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée

Suivez-nous !

Abonnez-vous !