Le Contemporaliste

Le blogue pour l'homme millénaire!

Comprendre les effets du décalage horaire sur notre corps

Ceux qui voyagent fréquemment savent à quel point le décalage horaire est difficile sur le corps humain. Moi-même, je suis souvent à l’extérieur pour le boulot ou encore pour assister à des voyages réservés aux médias. Les autres collaborateurs sur ce blogue sont souvent loin de la maison pour les mêmes raisons. D’ailleurs, vous pouvez suivre nos aventures sur notre page Instagram (@lecontemporaliste).

Le phénomène du décalage horaire est récent. À la base, le corps humain n’a pas prévu d’aller plus vite que la course (de la lumière) du soleil autour de la terre. C’est donc depuis l’invention de l’avion que le fameux jetlag est d’actualité. Le décalage horaire est un traumatisme chronobiologique. En fait, il s’agit de la  désynchronisation des horloges biologiques lorsque vous franchissez plus de 3 fuseaux horaires en avion. Nous sommes ici en présence d’un déphasage. Lorsque vous arrivez à destination après un long vol, votre horloge biologique circadienne interne fonctionne encore comme si vous étiez à votre point de départ. Donc, Il faut forcer notre cerveau à assimiler beaucoup de changements en peu de temps. C’est à lui que l’on doit la libérer la mélatonine qui est une hormone sécrétée par la glande pinéale et qui contribue à régulariser les cycles sommeil-veille.

Le sens du voyage à une très grande importance. C’est beaucoup plus difficile de voyager vers l’Est que vers L’Ouest. Par exemple, un vol Montréal-Paris fait perdre 6 heures à votre cerveau. Il doit alors remanier l’horloge biologique au grand complet. Pour le cas de Paris-Montréal, c’est 6 heures qui se rajoutent au cerveau.

Lorsque vous arrivez à destination, vous devez obliger votre corps à combattre la fatigue ( spécialement si c’est un vol vers l’Est) et l’habituer à l’heure locale. Les symptômes du décalage horaire sont pour la plupart du temps des nausées, des problèmes gastro-intestinaux, des vertiges et évidemment la grande fatigue.

Je remarque que plusieurs personnes prennent des somnifères de prescription pendant un vol. Bien que cela puisse favoriser le repos, c’est tout de même un médicament qui agit sur votre état de conscience. En cas d’un atterrissage d’urgence ou d’un problème dans l’appareil, votre état de vigilance sera altéré. Lorsque vous arriverez à destination,  la sédation vous rendra probablement maussade et il sera alors très difficile pour vous de faire votre journée.

J’ai essayé dernièrement la mélatonine d’Adrien Gagnon.Cela permet de rétablir le cycle circadien (éveil-sommeil) et de favoriser un meilleur sommeil. Adrien Gagnon nous offre une gamme de mélatonine offerte en plusieurs dosages, dont 3 mg, 5 mg et 10 mg. Il faut prendre le ou les comprimés ( selon la posologie) 30 minutes avant d’aller au lit. Cela indique au cerveau que la phase de l’éveil doit laisser place à celle du sommeil. J’obtiens d’excellents résultats avec les produits de mélatonine Adrien Gagnon. Mon corps s’adapte mieux au décalage horaire, ce qui permet d’empêcher les désagréments causées par le changement de plusieurs fuseaux horaires. Je me réveille en forme et je ne suis pas fatigué après une nuit de sommeil. Il n’y a pas d’effets secondaires dans mon cas.

Les produits Adrien Gagnon sont en vente à la pharmacie. Même s’il s’agit d’un produit naturel, il est conseillé de demander à votre pharmacien si la mélatonine vous convient, surtout si vous prenez de la médication d’ordonnance. La mélatonine n’est pas en vente libre en Europe.

Crédit photo : Reik Von Wittelsbach | Le Contemporaliste
Partagez cet article !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
0 J'aime

Écrire un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée

Suivez-nous !

Abonnez-vous !