Le Contemporaliste

Le blogue pour l'homme millénaire!

Démystifions la santé des hommes: Le trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité.

Bien des adultes reçoivent un diagnostic tardif de trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité. Il s’agirait d’un débalancement de certains messagers chimiques du cerveau qui contrôlent la motivation, la mémoire, la vigilance et l’attention. Les causes sont méconnues, mais il y a de fortes chances que des facteurs environnementaux ou biologiques puissent être les grands responsables.

Il existe trois groupes de symptômes les plus courants.

Hyperactivité ( TDAH hyperactif-impulsif)

Remuer constamment les pieds et les mains. Parler tout le temps. Avoir de la difficulté à dormir ou à se reposer.

Déficit de l’attention (TDAH inattentif)

Ne pas être en mesure de terminer une tâche. Passer sans cesse d’un projet à l’autre. Incapacité de fixer son attention. Faire preuve de négligence lors d’activités nécessitant de la concentration. Perdre ses choses et impossibilité de s’organiser.

Impulsivité (TDAH inattentif)

Couper la parole aux gens. Répondre avant la fin de la question. S’immiscer dans les conversations des autres sans y être invité. Incapacité d’attendre son tour. Se lancer dans des projets risqués.

Durant l’enfance, un jeune atteint du trouble du déficit de l’attention sans hyperactivité passe souvent inaperçu. Il est plutôt réservé et ne dérange pas les autres élèves. Il doit redoubler d’efforts pour avoir des résultats scolaires à la hauteur de ses attentes. Dans bien des cas, le décrochage scolaire est malheureusement la solution.

En ce qui a trait au diagnostic, le professionnel de la santé prend en considération les symptômes évoqués par le patient et ceux observés par son entourage. Des examens complémentaires peuvent être demandés, tels qu’un scan cérébral.

Autant chez l’enfant, l’adolescent ou l’adulte, le traitement repose sur de l’encadrement d’un professionnel (éducateur spécialisé, psychologue, médecin de famille) et une médication adaptée. Il fait revoir ses habitudes, son comportement au boulot et à la maison ainsi que sa manière d’interagir avec les pairs.

Il faut cesser de croire que la prise de médicament peut causer de l’accoutumance. En fait, la médication prescrite n’occasionne pas de dépendance. D’ailleurs, un adulte peut très bien prendre son cachet avant d’aller travailler et omettre des doses durant ses journées de congé. La médication utilisée est de la famille des stimulants. Rien à voir avec la cocaïne. Les comprimés longue action font leur effet durant toute la journée. Des enrobages spéciaux empêchent de briser les cachets et rebutent les mauvaises intentions.

Rapidement, vous aller pouvoir accomplir des tâches ou des activités qui vous semblaient impossible à réaliser! Messieurs, il n’est jamais trop tard de prendre soin de vous!

Contenu inspiré du site ( en anglais) du Centre for ADD/ADHD advocacy Canada ( lien ici). Comme toujours, mes articles santé sont rédigés avec rigueur et respectent la sphère médicale. Toutefois, je me dégage de toute responsabilité légale en lien avec le contenu du présent article.

Consultez un professionnel de la santé.

0 J'aime
Partagez cet article !
  • 73
  • 58
  •  
  • 2
  •  
  •  
  •  
  • 6
  •  
  •  

Écrire un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée

Suivez-nous !

Abonnez-vous !