Le Contemporaliste

Le blogue pour l'homme millénaire!

Fontaine, de Marc-André Casavant : sortir de sa zone de confort

Vous entrez dans ce petit bar situé dans un sous-sol qui passe inaperçu sur la rue Bleury. Vous êtes à l’avance, le spectacle commence seulement à 20h. Peu importe, une voix étrange et omnisciente venue d’on ne sait où commente les allées et venues des spectateurs. Le spectacle tarde d’ailleurs à commencer. Vous prenez une bière, puis vous vient l’envie d’aller aux toilettes. Vous tombez sur l’acteur principal de ce spectacle en train de se maquiller devant le miroir, très légèrement vêtu et affublé d’une perruque bleue. Vous sortez précipitamment et vous vous rassoyez. La voix vous dit « à plus tard », en vous appelant par votre prénom. Vous êtes dérouté.

L’acteur finit par faire son apparition triomphante dans le bar, habillé en femme et l’air provocant. Puis il lance aux spectateurs : « Je ne serai jamais fontaine. » Tout au long du spectacle, il se moque des conventions sociales. Ainsi, à un certain moment, il dit : « Je ne serai jamais un pédophile », avant d’ajouter qu’il ne sera jamais gay, comme pour montrer à quel point les gens peuvent faire des amalgames douteux.

Il prend aussi les spectateurs en otage tout au long du spectacle, s’assoyant sur ceux assis et amenant de force l’un d’eux dans les toilettes. Il va même jusqu’à jouer au terroriste en prenant six spectateurs au hasard et en les forçant à faire face au mur.

L’exercice est efficace. Il remet en question les barrières invisibles qu’on se crée, que ce soit au théâtre ou en société en général. Si vous aimez sortir de votre zone de confort, osez assister à ce spectacle. On en voit trop rarement dans ce genre.

Crédit photo: Sébastien Roy

Partagez cet article !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
1 J'aime

Écrire un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée

Suivez-nous !

Abonnez-vous !