Le Contemporaliste

Le blogue pour l'homme millénaire!

GHOST à la Place des Arts : réinventer la danse contemporaine

Après avoir triomphé avec les productions Nobody likes a pixelated Squid et Fractals of You au festival Danse Danse en 2014 et 2016, la compagnie Tentacle Tribe, dirigée par les danseurs et chorégraphes Emmanuelle Lê Phan (Canada) et Elon Höglund (Suède), présente sa nouvelle création, intitulée Ghost. Pour l’occasion, six des meilleurs danseurs de rue de Montréal sont réunis sur scène dans une chorégraphie unique, mélangeant danse tribale, danse de rue et contemporaine ainsi qu’arts martiaux. Le spectacle se révèle à la fois déroutant, fascinant et brillamment exécuté.

Dans cette production, on peut dire que la musique est à l’honneur, étant donné que le corps des danseurs, qui semblent ne faire qu’un, s’avère un instrument de musique en lui-même. La respiration est ainsi en fusion avec le rythme de la musique et les mouvements des danseurs. On comprend que les chorégraphes cherchent à dévoiler l’essence de la personne par le biais de ses fantômes, souvent personnifiés sur scène par le mouvement des interprètes, une sorte d’enchevêtrement de corps indéfinis s’apparentant à des ombres qui se meuvent dans l’obscurité et dans un jeu d’ombre et de lumière. Un moment fort du spectacle est le moment où les danseurs se transforment en espèces d’humanoïdes dotés de têtes de ballons, dont ils finissent ultimement par se débarrasser, après s’est trémoussés sur scène à la manière de visiteurs venus d’une autre planète. La présentation est émaillée de surprises de la sorte, pour le plus grand bonheur des spectateurs. Il n’y a aucun temps mort dans les 65 minutes que dure le spectacle, étant donné que la présentation oscille entre un style hip hop plus dynamique et un freestyle dancing plus lent et déroutant. On reconnaît alors la signature de Lê Phan et Höglund, qui ont inventé leur propre écriture scénique hybride et innovatrice, dépourvue de toute contrainte de styles.

La danse contemporaine est certainement une discipline qui gagnerait à être davantage connue au Québec, car elle regorge de productions de qualité comme Ghost. À voir!

Du 13 au 17 novembre 2018 à la Cinquième Salle de la Place des Arts

0 J'aime
Partagez cet article !
  • 27
  • 17
  •  
  • 9
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Écrire un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée

Suivez-nous !

Abonnez-vous !