Le Contemporaliste

Le blogue pour l'homme millénaire!

Le Cirque du Soleil – Tout Écartillé, Hommage à Robert Charleboi

«JE VEUX FRANCHIR LE MUR DU SON…»

L’événement culturel ayant retenu l’attention de tous, cette semaine, est incontestablement la Première du nouveau spectacle de sa série Hommage par le Cirque du Soleil: Tout Écartillé – Robert Charlebois. Le spectacle ayant pris l’affiche le 13 juillet sera présenté À 20H45 du mercredi au samedi à l’Amphithéâtre COGECO de Trois-Rivières jusqu’au 13 août.

C’était la première fois que je mettais les pieds à l’Amphithéâtre COGECO de Trois-Rivières, et je dois dire que le site m’a agréablement charmé. Site semi-extérieur, donc le spectacle peut avoir lieu même par mauvis temps. Les installations sont neuves (On en est encore à terminer les trottoirs….), tout est beau et propre. Les sièges confortables et l’amphithéâtre ont été conçus afin qu’on y voie bien de partout. Circulation facile entre les sections et les rangers de sièges, on n’a pas l’impression d’être entassé sur les autres spectateurs.

«JE VEUX ÊTRE PLUS QUUN OISEAU, UN AVION, UN U.F.O. …»

Basé sur l’univers de Charlebois, principalement ses débuts dans les années 1960-70, mais aussi sur l’ensemble de son œuvre, le spectacle hautement acrobatique nous transporte littéralement dans un autre monde. Les spectateurs sont amenés dans un voyage au cœur de l’univers du chanteur ayant cumulé plus d’une cinquantaine d’années de carrières. Un univers à la fois psychédélique et enveloppant, propulsé par un son qui est, depuis toujours, familier à notre culture québécoise. Dans un monde rappelant les films de science-fiction rétro où presque tout est en noir et blanc, l’impression de flottement et d’apesanteur sont amplifiés par le jeu des artistes de cirque, la scénographie et les éclairages. En bon québécois, on a véritablement un buzz similaire à celui d’avoir fumé un gros joint! On plane durant toute la durée du spectacle : on embarque dès les premiers instants et on perd la notion du temps avec un sourire niais «étampé» en pleine face… Un voyage, un trip, sans danger pour la santé et de façon légale !

Seuls effets secondaires : on ressort du spectacle la tête rêveuse et légère, les sens en éveil avec dans le cœur l’envie de dépoussiérer nos vieux albums de l’ÉTERNEL Charlebois.

NOUS CESSERONT DÊTRE MORTELS, POUR DEVENIR ENFIN ÉTERNELS, ÉTERNELS

 

Crédit photo : Reik Von Wittelsbach | Le Contemporaliste
0 J'aime
Partagez cet article !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Écrire un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée

Suivez-nous !

Abonnez-vous !