Le Contemporaliste

L'homme et ses facettes.

Rubberbandance tout en puissance avec « Vraiment doucement »

Victor Quijada, chorégraphe et fondateur de la troupe Rubberbandance, possède une créativité foisonnante. Son dernier spectacle, Vraiment doucement, en est la preuve indéniable.

Cette nouvelle création, qui mélange ballet classique, prouesses circassiennes, danse contemporaine et danse de rue hip-hop, met en scène les dix jeunes membres de la troupe, très talentueux, dont les mouvements tantôt au ralenti, tantôt endiablés, évoquent les hauts et les bas des relations humaines, teintées d’amour, d’amitié, de colère et de folie. Vêtus d’uniformes d’armée délavés, les danseurs se livrent ainsi à différentes chorégraphies, qui se font et se défont au gré des aléas des rapports humains, en passant par toutes les gammes d’émotion, du calme paisible à la violence pour en arriver à la crise de panique et finir dans la joie et l’allégresse. Deux musiciens, Jasper Gahunia et William Lamoureux, situés sur le côté droit de la scène en hauteur, performent en direct, accompagnant les danseurs dans tous leurs mouvements, par le biais d’une musique aux influences latino-américaine, dont les rythmes s’avèrent aussi changeants que les différents numéros au cours des 70 minutes que dure le spectacle. L’éclairage, parfois discret, parfois aveuglant, selon l’intensité des émotions, est également partie intégrante du spectacle. Bref, il s’agit d’une création toute en puissance et en émotions, qui réjouit au plus au point le spectateur.

À la fois spectaculaire, surprenant et émouvant, Vraiment doucement parvient à réaliser un tour de force par la cohésion de ses différents numéros qui, bien que très éclectiques, illustrent à merveille le chaos permanent généré par les relations humaines.

En espérant d’autres spectacles en 2019!

1 J'aime
Partagez cet article !
  • 25
  • 12
  • 5
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Écrire un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée

Suivez-nous !

Abonnez-vous !