Le Contemporaliste

L'homme et ses facettes.

Santé des hommes : Tout savoir à propos de la douleur.

Nous le savons, la douleur est une notion subjective exprimée ou démontrée.(1) La perception se fait sur les plans physiologiques et affectifs. Nous avons tous, un jour ou l’autre, expérimenté la douleur et ce, sous toutes ses déclinaisons possibles. Intéressons-nous un peu à la douleur physique. Elle se classifie comme suit: (2)

  • Douleur incurable: Celle qui n’a pas de réponse à un traitement.
  • Douleur aiguë: L’intensifie varie et l’apparition est généralement rapide et soudaine. Incluant aussi dans cette catégorie la douleur subaiguë, celle qui annonce la prochaine catégorie.
  • Douleur chronique: Cancéreuse ou non, influence négativement votre qualité de vie ainsi que celle des proches. Notons une durée de 6 mois et plus avec un impact sur la santé physique et ou mentale. N’oublions pas que cette classe contient aussi la notion de chronicité progressive, comme par exemple la fibromyalgie.

D’un point de vue physiologique, la douleur physique se caractérise par les mécanismes suivants:

  • douleur nociceptive (somatique et viscérale)
  • Douleur somatique (des récepteurs stimulés << faussement >>)
  • Douleur mixte

3 principales causes à la douleur physique:

  • Facteurs mécaniques (ex: un trauma, tumeurs d’origine cancéreuse etc.)
  • Facteurs thermiques (ex: brûlure à la chaleur ou au gel)
  • Facteurs chimiques (ex: intoxication liée aux produits chimiques)

La réponse de l’être humain, face à la douleur, varie principalement en fonction de son expérience face à celle-ci, son âge et de sa culture. La douleur est qualifiable et quantifiable. La réponse comportementale du blessé ne correspond pas nécessairement à nos attentes en tant d’observateur. Il est important de plutôt s’attarder à la réponse physiologique, notamment la pâleur, les vertiges, la dilatation des pupilles, la mâchoire serrée etc.

Une douleur non soulagée, mal soignée menace d’affecter la qualité de vie, les fonctions cognitives et les relations interpersonnelles. De plus, elle risque d’engendrer des troubles du développement, de l’anxiété et de la dépression profonde.

Dans le milieu médical, hospitalier ou privé, il existe des cliniques de gestion de la douleur. Le personnel qualifié vous aide à trouver des stratégies afin de mieux guérir ou tout simplement améliorer votre quotidien. Une bonne gestion pharmacologique, des thérapies cognitivo-comportementales, un conditionnement réformé, des activités bonifiées (dont la physiothérapie) peuvent vous donner un bon coup de main à terminer ce cycle handicapant.

  • (1) IASP, 2012: Lippincott,2013
  • (2) Hinkle et Cheever, IASP, 2012: Kozier et al.,2014. Perry, Potter et Ostendorf, 2014)

Partagez cet article !
  • 98
  • 79
  • 21
  •  
  • 4
  •  
  •  
  •  

Écrire un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée

Suivez-nous !

Abonnez-vous !