Le Contemporaliste

Le blogue pour l'homme millénaire!

Comprendre les 5 étapes du deuil

Il existe plusieurs définitions du nom masculin deuil. Celle à laquelle je veux attirer votre attention est la suivante: Processus psychique mis en œuvre par le sujet à la perte d’un objet d’amour externe. Cette privation ne s’applique pas seulement à la mort d’un être cher. Nous pouvons vivre un deuil lors d’un divorce, de la perte de son emploi ou de ses droits fondamentaux  ou même à l’annonce de sa propre mort. Bref, nous subissons des pertes de toutes sortes au cours de notre existence. Certaines sont plus difficiles que d’autres à gérer. Selon Elisabeth Kubler-Ross, il existerait 5 étapes au deuil. La psychiatre helvetico-américaine fait de nombreuses recherches sur la mort et les mourants. Elle affirme que les étapes ne s’enchaînent pas toujours dans un ordre bien défini. Certaines peuvent durer plus longtemps, tandis que d’autres peuvent être interchangeables. Nous ne gérons pas nos sentiments tous de la même manière. Il faut savoir que chaque perte impliquerait une phase de choc et d’évitement. Par la suite, une phase de désorganisation de son comportement entraîne une phase de renouveau et de réorganisation. Bref, c’est tout de même intéressant de connaître les 5 étapes qui sont les suivantes:

Le déni:

C’est le moment où la personne en deuil refuse de croire à la tragédie soudaine. Le mourant n’accepte pas son triste destin. Cette phase est courte et tranquillement, la réalité de la perte s’installe dans le quotidien de la personne. La négation de la réalité est bien difficile à prendre.

La colère:

C’est le cri à l’injustice. Un fort sentiment de colère s’installe face à la mort ou à la perte en elle-même. Le salarié sera enragé contre son employeur après avoir perdu son emploi. Une famille s’emportera contre un médecin, parce ses membres jugent qu’il n’a pas fait tout son possible pour sauver l’être cher. Pourquoi lui et pas un autre? Pourquoi est-ce que cela m’arrive? Beaucoup de questions, peu de réponses.

Le marchandage:

C’est là que l’étape du chantage et de la négociation avec la mort s’installe. Le mourant ou la personne endeuillée promet au destin ou à tout être suprême de changer ses habitudes de vie. C’est souvent l’étape qui est la plus difficile à gérer pour l’entourage qui se retrouve impuissant face à la souffrance de l’être aimé qui s’accroche à la vie.

La dépression:

Lorsque la négociation est vaine, la dépression s’installe. Cette phase se caractérise par une grande tristesse, de la détresse et des remises en question. Nous refusons de nous préparer à vivre avec notre perte. C’est aussi une période dramatique et fastidieuse de pleurs. Les idées noires surgissent et le désespoir prend le dessus.

L’acceptation:

Finalement, la personne règle ses affaires, se réconcilie ou exprime son amour et sa tendresse à ses proches. Elle voit sa mort ou sa perte non pas comme une cassure, mais comme le début de quelque chose de nouveau dans sa vie ou une belle fin. C’est la réorganisation de sa vie, par rapport à sa perte. La tristesse est encore là, mais une certaine résilience prend le dessus.

Crédit photo: Huffington Post

 

 

0 J'aime
Partagez cet article !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Écrire un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée

Suivez-nous !

Abonnez-vous !