Le Contemporaliste

Le blogue pour l'homme millénaire!

Un voyage cauchemardesque avec SUNWING et les HÔTELS BARCELO VARADERO

J’ai un boulot à temps plein et un blogue à m’occuper. Vous pouvez vous imaginer à quel point mes journées sont chargées. Récemment, j’ai voulu m’offrir une petite semaine de vacances à Cuba. J’avais besoin de décrocher de mon quotidien et de me changer les idées. Malheureusement, il semble que la compagnie aérienne Sunwing et les hôtels Barcelo Varadero ne voulaient pas me rendre la tâche facile. Voici le récit de ma semaine cauchemardesque de vacances.

Tout d’abord, le vol. Sunwing Airlines est une compagnie aérienne canadienne qui utilise des Boeing 737-800 avec la pleine capacité de 189 passagers. C’est en quelque sorte un Ryanair nord-américain. J’ai réservé un siège Elite Plus qui offre un peu plus d’espace pour les jambes. Le vol WG 0652 était complet. Normalement, nous gelons dans les avions. Cette fois-ci, il faisait tellement chaud que cela en était étouffant. La chef de cabine était fort sympathique, mais ses deux collègues répondaient promptement aux passagers. Gros malaise ici.

En début de soirée, j’arrivais au Barcelo Arenas Blancas de Varadero. L’établissement 4 étoiles (selon les standards de Cuba) semblait venir tout droit d’une autre époque. Après un enregistrement chaotique au comptoir d’accueil, je me suis vite rendu compte que je n’avais même pas d’eau chaude dans ma chambre. Après avoir posé la question au personnel, j’ai su que cela faisait près de 9 jours qu’il y avait un problème avec l’eau chaude dans l’hôtel. Pourquoi ne pas me l’avoir dit avant? J’ai porté plainte à la directrice adjointe qui m’a transféré vers un autre hôtel de chaîne Barcelo, le Solymar qui est juste à côté.

Le grand hall est lumineux et attrayant. Le bar de l’hôtel Solymar semblait fort sympathique. C’est en marchant dans les corridors que je me suis rendu compte que l’hôtel était très mal entretenu. Des chaises aux barreaux brisés, des planches de bois clouées au mur et entre-ouvertes. Il ne faut pas laisser vos enfants jouer dans les couloir. Dans la chambre, une porte de placard brisée, une salle de bain dégoûtante avec de la rouille sur le bord du bain. Je n’ose même pas m’imaginer la propreté des conduits d’aération. Les draps sont tachés. Pas de poignée à l’extérieur de la porte patio. Ce qui veut dire que vous pouvez rester emprisonné sur le balcon n’importe quand. Pas de télécommande pour la télévision dans la chambre. Le personnel semblait indifférent et impuissant face à nos plaintes. En ce qui concerne le buffet, des oiseaux volaient au dessus de la nourriture et la qualité des aliments semblait douteuse. Tout était fade et froid, même la viande. Pas de WIFI gratuit. Il faut acheter une carte prépayée dispendieuse. L’offre alcoolisée de l’hôtel est basique, mais acceptable. L’animation en soirée est intéressante. L’accessibilité à la plage est facile. D’ailleurs, c’est le seul point positif de ce complexe hôtelier que je ne vous recommande surtout pas.

J’ai payé mon séjour 1100$ pour le vol et l’hôtel d’une durée de 7 jours. À ce prix-là, je ne m’attendais pas à un palace, mais à un hébergement fonctionnel. Je ne suis pas un gars difficile. Je ne passe pas tout mon temps dans ma chambre d’hôtel. Néanmoins, je crois avoir droit à un minimum de commodités. Le client n’a pas à subir ces situations embarrassantes. J’ai porté plainte auprès du voyagiste Sunwing Vacations et j’attends de leurs nouvelles.

Le Barcelo Arenas Blancas et le Barcelo Solymar de Varadero sont des établissements hôteliers à éviter à  tout prix. Il y a des limites à se faire avoir.

Crédit photo : Reik Von Wittelsbach | Le Contemporaliste
0 J'aime
Partagez cet article !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Écrire un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée

Suivez-nous !

Abonnez-vous !