Le Contemporaliste

L'homme et ses facettes.

Coups de cœur à la TOHU : époustouflant une fois de plus!

Les Coups de cœur de la TOHU sont de retour pour une cinquième édition, et une fois de plus, ils nous en mettent plein la vue! Comme son nom l’indique, le spectacle annuel, qui est devenu une tradition pour notre plus grand bonheur, présente ce qu’il se fait de mieux en ce moment dans le milieu du cirque. Pour ce faire, il fait appel à de talentueux artistes de cirque originaires d’aussi loin que la Russie, la France, la Suède ou encore la Guinée!

Cette année, on a droit à deux maîtres de cérémonie (frère et sœur), à la fois musiciens et clowns. Si Anthony Venisse est très bavard et légèrement maladroit, sa sœur Amélie, plutôt stoïque et muette, nous fait mourir de rire avec toutes ses mimiques et mouvements corporels inusités. Un saxophoniste (Quentin Marotine) les accompagne dans leurs pitreries.

Du côté des artistes de cirque, chaque numéro est plus enlevant que le précédent. Il n’y a aucun temps mort et on est époustouflé par tout ce qu’on nous présente. Le spectacle débute avec un numéro de Guillaume Karpowic, originaire de la France, qui livre une performance remarquable au diabolo, en explorant les multiples possibilités de cet instrument. Antino Pansa, un artiste de l’École nationale de cirque originaire de la Guyanne française, débarque ensuite sur scène pour nous montrer ses dons de funambule. Puis, Denis Degtyarev du Cirque du Soleil en rajoute sur son mât aérien, discipline qu’il maîtrise à merveille. Par la suite, on fait la connaissance de Kyle Cragle alias Scarlett, originaire des États-Unis, une drag qui a le sens de la contorsion! C’est ensuite le tour des Suédoises Klara Mossberg et Regina Baumann, dont le numéro à la corde lisse est chargé de sensualité et de poésie. La compagnie québéco-guinéenne Kalabanta n’est pas en reste avec sa troupe de cinq athlètes, basée à Montréal-Nord. En effet, celle-ci, qui est tout sourire, nous livre un numéro très énergique alliant pirouettes, acrobaties et pyramides humaines. Finalement, l’Américaine Angelica Bongiovonni à la roue Cyr nous expose son grand talent avec douceur et grâce.

Somme toute, on ressort de très bonne humeur de ce spectacle, haut en couleur et rempli de surprises. Encore une fois, la TOHU nous démontre qu’elle est une institution artistique incontournable dans le paysage montréalais!

Jusqu’au 29 février 2020 à la TOHU de Montréal. Consultez le site (ici) pour la programmation.

Partagez cet article !
  • 21
  • 15
  • 4
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Écrire un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée

Suivez-nous !

Abonnez-vous !