Le Contemporaliste

Décrypteur des tendances masculines.

Muse de Flip Fabrique : déconstruire les stéréotypes de genre grâce au cirque

Récemment, la troupe de cirque Flip Fabrique présentait la première montréalaise de son dixième spectacle, Muse, qui se moque de manière irrévérencieuse des stéréotypes de genre. Dans ce nouveau spectacle dont la mise en scène est signée par Maxime Robin et Sophie Thibeault, sept acrobates, dont quatre femmes et trois hommes, sont en vedette sur scène, dans des numéros loufoques qui portent à réfléchir sur la construction des genres.

Au départ, chaque genre est à la place qui lui a été assignée, frisant volontairement la caricature. Les hommes, habillés en footballeurs exagérément virils, ont l’air niais, comme les femmes, vêtues en ballerine et poussant la note exagérément haute. Ils sortiront rapidement du rôle où ils étaient cantonnés. Les footballeurs finiront par sauter sur un trapèze pour exécuter avec grâce un numéro en hauteur tandis que deux des femmes réaliseront duo féminin au trapèze qui culminera par la prouesse d’une des deux, dotée d’une force impressionnante, qui deviendra la porteuse de l’autre. Que dire aussi du numéro clownesque où toutes les femmes sont bien à leur place avec leur cerceau devant elles et soudain, l’une d’entre elles se défait de ses accoutrements féminins pour apprendre à se servir dudit cerceau, tout en faisant rire la foule aux éclats. Le numéro à la corde à danser sous une musique dance et une esthétique très années 1990 constitue aussi un moment de réjouissance pour les spectateurs.

Un élément fort du spectacle est certainement la chanteuse Flávia Nascimento, dont le dynamisme et la voix riche accompagnent à merveille les différents numéros. Un moment fort est d’ailleurs son interprétation d’Une sorcière comme les autres d’Anne Sylvestre, durant laquelle un des acrobates transformé en drag queen exécute un numéro de trapèze enlevant.

Encore une fois, la troupe Flip Fabrique réussit son pari en créant de grands moments de cirque. Une spectacle qui fait du bien, dans la grisaille de novembre.

Du 3 au 13 novembre 2022 à la TOHU de Montréal. Visitez le site (ici)

Suivez-nous !

Abonnez-vous !