Le Contemporaliste

L'homme et ses facettes.

Blizzard à la TOHU : hommage à l’hiver québécois

La très talentueuse compagnie Flip Fabrique est enfin de retour à Montréal, cette fois pour présenter son spectacle Blizzard, qui a fait un malheur ailleurs dans le monde. Comme on peut le deviner, l’hiver est à l’honneur dans cette nouvelle production, plus précisément celui québécois.

Le spectacle s’ouvre sur un bulletin météo d’urgence qui annonce une très grosse tempête de neige qui risque de faire des ravages au pays et de nous couper du reste du monde. Sous l’air d’une musique apocalyptique, les artistes font leur apparition sur scène, vêtus de manteaux d’hiver, dans un décor très hivernal. Puis les tableaux offrant des performances de haute voltige s’enchaînent, l’un après l’autre. On assiste ainsi à des numéros de cadre russe, de jonglerie (toujours sous le thème de l’hiver avec des boules de neige), de balle rebond et surtout, de sangle aérienne. Hugo Ouellet-Côté, un des deux cofondateurs qu’on peut voir sur scène, épate par son talent dans ce numéro de sangle fait en couple, tout comme sa partenaire d’ailleurs, qui le porte à plusieurs mètres de hauteur lorsqu’ils inversent subitement les rôles. Le numéro de pyramide humaine de la fin s’avère également très impressionnant. Les décors, très vivants, changent au gré des différents tableaux. Pour notre plus grand bonheur, les artistes sont accompagnés d’un musicien, Ben Nesrallah, qui les accompagne tout au long du spectacle, que ce soit ou piano, à la guitare ou au banjo. De plus, les tableaux sont entrecoupés d’intermèdes comiques, du « ministère canadien du Froid, de la Froidure et du Brrr… ». Dans un de ces numéros clownesque, ce même ministère met en garde durant un bulletin radio contre le danger d’aller coller sa langue à un poteau gelé, ce que l’acrobate fera évidemment, provoquant ainsi le rire des spectateurs. Dans un autre de ces numéros hilarants, un bulletin radio annoncera la fermeture de plusieurs écoles pour cause de tempête, prétexte pour se livrer à un numéro très dynamique de sauts au sol. Finalement, un numéro très mémorable et drôle est celui du gars tanné de l’hiver, qui fait une danse hula-hoop sur le piano. Il n’y a aucun temps mort durant ce spectacle, dont les artisans ont fait preuve d’une grande inventivité.

Bref, Blizzard est une production qui procure émerveillement, rire et réconfort au spectateur, qui passera un très bon moment durant les 70 minutes que dure le spectacle.

Jusqu’au 5 janvier 2020 à la TOHU. Renseignements ici

1 J'aime
Partagez cet article !
  • 28
  • 19
  • 8
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Écrire un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée

Suivez-nous !

Abonnez-vous !