Le Contemporaliste

L'homme et ses facettes.

Choisir son bonheur au détriment du salaire!

Récemment, j’ai décidé de réduire mes heures au boulot. Dans mon cas, c’était une grosse décision, car je suis toujours un brin anxieux avec l’aspect monétaire. J’ai peur de manquer de blé même si ce n’est vraiment pas le cas.Je me suis rendu compte que la fatigue a fait ses ravages.

Sur mon lieu de travail, je suis devenu irritable et casse-pieds. Toutefois, il faut savoir que l’ambiance est plutôt lourde depuis quelques semaines. Je m’acharne à vouloir améliorer certaines de nos pratiques et c’est plutôt raté. C’est fatigant de pousser dans le sens opposé des autres. C’est d’autant plus frustrant de se rendre compte que des gens au-dessus de soi ne semblent pas travailler pour améliorer le sort de leurs collègues. Bref.

J’ai donc décidé de lâcher prise et de me désengager. Cela implique de s’en tenir à sa besogne quotidienne sans s’embarquer dans de gros projets. C’est écouter son corps, surtout que ces temps-ci, il me fait flipper avec la sinusite. L’inflammation est une alerte que quelque chose ne va pas. L’asthénie diminue la réponse immunitaire et avec la saison des rhumes et de la grippe, ce n’est franchement pas le bon moment.

Comme je dois aussi m’occuper de mon entourage, je profite de la situation pour mettre un frein à mon marathon professionnel. J’ai l’opportunité de pouvoir le faire, donc autant en profiter.

Je m’ennuyais tellement de ne plus prendre le temps de rédiger des articles au contenu plus personnel!

Vous pouvez m’écrire au reik@lecontemporaliste.com pour me partager vos opinions!

2 J'aime
Partagez cet article !
  • 68
  • 17
  •  
  • 15
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Écrire un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée

Suivez-nous !

Abonnez-vous !