Le Contemporaliste

L'homme et ses facettes.

Santé des hommes: Le guide pour vivre à la migraine!

Mais non. La migraine n’est pas un simple mal de tête. Ici, nous avons affaire à un trouble du système nerveux. Oui, je vous l’accorde, la céphalée est l’une de ses manifestations. Toutefois, il est important de s’attarder aux autres symptômes, notamment les tempes qui vibrent,  l’intolérance à la lumière, et au bruit, de la nausée et de la cervicalgie.

L’origine d’une crise de migraine est nébuleuse. Par ailleurs, les spécialistes suspectent une réaction anormale de l’activité neuronale. L’inflammation garde en alerte notre système nerveux. Selon mes sources canadiennes, la migraine toucherait 1 homme sur 16 et 1 femme sur 6. Il faut savoir que l’anxiété et la dépression ne sont pas les éléments déclencheurs d’une migraine. Néanmoins, des crises fréquentes de migraine peuvent jouer sur votre moral.

La migraine étant un trouble difficile à comprendre et à diagnostiquer, il est évident qu’il n’existe pas de solution définitive. Il y a des solutions pour mieux contrôler la récurrence des crises et en atténuer les effets néfastes. Vous pouvez avoir recours à une panoplie de médicaments en vente libre, dont l’acétaminophène (effet anti-douleur) , l’ibuprofène (effet anti-inflammatoire ), ou un antiémétique afin de contrôler la nausée. Attention aux opiacés sous prescription. Ils peuvent augmenter l’intensité des céphalées. Il faut savoir reconnaître les signes avant-coureurs (différent pour chacun) et traiter la migraine avant qu’elle ne s’installe trop rapidement.

Comment savoir si mon traitement est efficace? Basez-vous sur 3 épisodes de migraine. Si votre mal de tête disparaît, que vous pouvez reprendre vos occupations et que le traitement vous soulage au moins 2 fois sur 3, peut-être que vous allez vers la bonne direction. La prise de médicaments ne devrait pas dépasser plus de 10 jours par mois, sinon, vous risquez un effet de rebond, la migraine médicamenteuse. De son côté, le botox serait une solution envisageable contre la migraine chronique ( +/- 15 crises par mois).  La toxine botulique bloquerait le signal entre des neurotransmetteurs et les muscles crâniens.

Parlez à votre médecin des possibilités d’un traitement de fond ou préventif  à privilégier pour le moyen et long terme.

Contenu élaboré pour vous à partir d’information provenant de l’organisme Migraine Québec. (migrainequebec.com). Retrouvez aussi le sujet en France sur ce site: https://www.sfemc.fr/

Un programme d’activité physique peut contribuer à réduire la fréquence des crises.

Partagez cet article !
  • 108
  • 62
  • 44
  •  
  • 8
  •  
  •  
  •  
Photo By: C.Technical

Écrire un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée

Suivez-nous !

Abonnez-vous !