Le Contemporaliste

Le masculin dans tous ses états.

Démystifions la médication en vente libre contre les symptômes du rhume et de la grippe.

Vous vous réveillez avec le nez congestionné, un mal de gorge, des céphalées et des quintes de toux. Rendez-vous chez votre pharmacien. Arrivé sur les lieux, vous vous rendez compte qu’il existe un tas de formules en vente libre. Comment s’y retrouver? J’aimerais vous donner un petit coup de main.

Tout d’abord, il faut adapter le choix de sa médication à son état. Comment est-ce que mon corps réagit à l’agression d’un virus respiratoire? Évitez à tout prix les formules chargées d’ingrédients dont vous n’auriez pas besoin. Pour tout traitement, rappelez-vous qu’il y a un risque d’effets secondaires.

Bien des formules contiennent une base d’acétaminophène ou d’ibuprofène. Ces analgésiques et antipyrétiques peuvent soulager temporairement l’inconfort musculaire, le mal de tête, de gorge ou de la fièvre. Veillez à ne pas ingérer plus de 4g d’acétaminophène ou 1200 mg d’ibuprofène par jour. L’ibuprofène aurait une action plus longue que l’acétaminophène. Toutefois, le risque d’interaction médicamenteuse est plus élevé.

Si la congestion nasale vous incommode, la phényléphrine et pseudoéphédrine se retrouvent communément dans les recettes pharmacologiques contre le rhume et les sinus. Ces substances chimiques provoquent une vasoconstriction de l’oedème tissulaire qui bloque le passage de l’air. Attention, ces ingrédients peuvent stimuler le système nerveux central, donc vous exciter davantage et aggraver l’insomnie ou l’hypertension. Une dose maximale de 240 mg de pseudoéphédrine par 24h et de 60 mg par 24h pour la phényléphrine est recommandée. Les décongestionnants à usage nasale agissent rapidement, mais ne doivent être privilégiés que pour un court temps (max. de 5 jours). Une formule à base de corticostéroïdes, sous prescription, est plus sécuritaire et agit sur un moyen et long terme.

La toux sèche (sans sécrétion, souvent durant la nuit) ou grasse (avec sécrétion) peut vous incommoder à tout moment de la journée. La dénomination DM (pour dextrométhorphane) apparaît sur l’emballage de sirops et de comprimés soulageant la toux sèche. Quant à la toux grasse, la guaifénésine (dénomination E) permettrait de liquéfier les sécrétions et la toux s’en trouverait plus productive afin d’évacuer le flegme. Cependant, son efficacité semble mitigée par la communauté scientifique.

Les formules nuit contiennent la plupart du temps de la diphenhydramine ou doxylamine succinate à faible dose, servant minimalement comme antihistaminique, antitussif et à induire la somnolence. Ne pas consommer avant de conduire.

Sur les emballages, les compagnies pharmaceutiques utilisent des stratégies marketing pouvant induire en erreur les consommateurs. Ils se servent des termes grippe ou rhume pour désigner des manifestations très similaires. Encore une fois, identifiez vos symptômes incommodants et lisez la liste des ingrédients actifs du médicament. Les génériques sont souventefois une option moins onéreuse que les grands noms. Prenez en compte la date de péremption du produit.

Consultez un professionnel de la santé en cas d’exacerbation de vos symptômes d’allure grippale. Ne pas consommer des médicaments sur une longue période sans l’accord d’un médecin. Mes données proviennent de Santé Canada et peuvent ne pas s’appliquer à votre pays. L’avis d’un médecin surpasse le mien.

Écrire un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée

Suivez-nous !

Abonnez-vous !